Achat compulsif : définition, traitement, techniques pour y remédier

Pour beaucoup de personnes, notamment les femmes, faire du shopping est un moment de pur bonheur. Si ce comportement est considéré comme normal, pour d’autres personnes appelées acheteurs compulsifs, faire du shopping devient une addiction. On appelle également ce comportement pathologique l’achat compulsif. Qu’est-ce que c’est ? Comment le traiter ?

Qu’est-ce que l’achat compulsif ?

Dans la société de surabondance actuelle, la tentation est si grande de s’accorder des petites folies de temps en temps en achetant un vêtement, un smartphone ou une paire de chaussures hors de prix. Cela fait partie des petits plaisirs de la vie auxquels on veut goûter de temps en temps. Si cela s’arrête là, pas de souci. Et si l’achat est compatible avec son budget, ça passe !

Mais cela peut devenir un vrai problème quand le besoin d’acheter quelque chose devient obsessionnel. Quand vous ne pouvez plus tenir en place à l’idée de faire du shopping, quand vous ne pouvez plus contrôler votre envie d’acheter quelque chose pour calmer votre stress ou quand vous ne comptez plus l’argent dépensé lors d’un après-midi shopping, il est temps de se demander si vous n’êtes pas victime de l’achat compulsif.

L’achat compulsif est une pathologie qui relève des troubles obsessionnels compulsifs ou Toc. C’est un comportement d’achat permanent ou intermittent, qui est caractérisé par une envie incontrôlée de faire des achats et poussé par un vide émotionnel tel qu’une profonde tristesse, une déception ou la dépression.

L’acheteur compulsif est un accro du shopping. Toutefois, il n’achète pas pour consommer. Il peut acheter n’importe quel objet. Ce n’est pas l’article acheté lui-même qui l’intéresse. C’est de l’acte d’achat dont il est dépendant et qui crée son euphorie. Ce sentiment peut être accompagné d’une envie excessive de posséder quelque chose, qui peut être elle aussi éphémère ou non. Une fois à la maison, le dépensier compulsif range ses achats avec d’autres achats qu’il a faits. Il commence ensuite à ressentir de la culpabilité, de la honte et du regret.

Alors que les acheteurs normaux pèsent le pour et le contre avant d’acheter quelque chose, l’acheteur compulsif ne tient pas compte de la valeur d’un achat. Il lui arrive donc d’acheter un objet dont le prix est supérieur à sa possibilité financière. Voilà pourquoi on appelle également la compulsion d’achat « la fièvre des achats » ou « la folie des achats ».

Pourquoi devient-on acheteur compulsif ?

Achat compulsif - acheteur

L’achat compulsif fait partie des troubles liés au contrôle des impulsions. La plupart des acheteurs compulsifs le deviennent parce qu’ils ont une faible estime de soi ou parce qu’ils sont victimes de dépression.

On compte environ 11% d’acheteurs compulsifs dans la population française. Bien que les femmes soient majoritairement touchées par ce trouble, les hommes peuvent aussi en être victimes. Une personne met souvent beaucoup de temps avant d’accepter qu’elle soit un acheteur compulsif.

Des années peuvent ainsi s’écouler avant qu’elle ne prenne la décision de se faire aider. Mais souvent, c’est déjà assez tard. Les dettes se sont déjà accumulées. Ses relations sociales se sont dégradées ou son emploi a déjà été perdu. C’est tout ceci qui la pousse à trouver un traitement adapté.

Beaucoup de raisons peuvent pousser une personne à devenir accro au shopping. Il y a d’abord l’incapacité à tolérer les sentiments négatifs. Quand on n’arrive pas à bien absorber les « mauvaises » émotions telles que le stress, la déception ou la tristesse, on cherchera les moyens de les faire disparaître autrement. L’acte d’achat est considéré comme une solution efficace pour neutraliser les mauvais sentiments en raison de sa capacité à apporter du bonheur et de la joie.

Une privation d’amour durant l’enfance peut également expliquer un comportement d’achat compulsif. Beaucoup d’enfants maltraités et grandissant sans l’amour de leurs parents deviennent des acheteurs compulsifs une fois adultes. Ils vont chercher à combler le vide à l’intérieur par l’achat.

Parfois, les achats compulsifs sont aussi guidés par la volonté de se démarquer, d’obtenir l’approbation d’autres personnes de la communauté.

En voulant avoir le contrôle des choses ou de bien faire les choses (perfectionnisme), on peut aussi se laisser gagner par la compulsion d’achat.

Le comportement d’achat compulsif est souvent associé à des troubles de l’humeur comme les troubles bipolaires et peut être aggravé par d’autres addictions comme le tabagisme, le jeu pathologique ou les troubles alimentaires tels que la boulimie.

A ces facteurs psychologiques il faut aussi ajouter les causes socio-économiques comme la facilité d’obtenir des crédits, une mauvaise gestion financière et le manque d’informations pour les consommateurs.

Quels sont les signes avant-coureurs des achats compulsifs ?

N’attendez pas que les choses s’aggravent pour vous remettre en question et vous demander si vous ne seriez pas devenu un acheteur compulsif. Voici quelques signes qui pourraient vous alarmer que vous pourriez faire face à une dépendance au shopping.

Lorsque vous vous sentez perdu dans votre carte de crédit ou éprouvez un besoin profond de dépenser ou d’acheter quelque chose à la suite d’une déception, d’un évènement triste ou d’un sentiment de colère, il se peut que votre comportement d’achat soit guidé par la compulsion.

Par ailleurs, si vous vous sentez euphorique au moment d’acheter un objet, puis votre excitation laisse place à un sentiment de honte, de culpabilité ou de confusion après avoir payé, il y a de fortes chances que vous soyez un dépensier compulsif.

Un autre signe avant-coureur de l’achat compulsif est le mensonge. Quand vous commencez à mentir à vos proches sur les achats que vous avez faits et leurs prix ou encore quand vous êtes prêt à acheter à crédit lorsque vous n’avez pas assez d’argent, cela pourrait traduire la « folie des achats ».

Quels sont les symptômes de la fièvre des achats ?

Le principal symptôme de l’achat compulsif reste l’envie incontrôlée et persistante d’acheter quelque chose, quelles que soient ses conséquences dans la vie quotidienne. L’acheteur compulsif se trouve dans l’incapacité à résister à cette impulsion et ressent une tension croissante qui le pousse à acheter. Il pense que l’achat pourrait palier ou soulager cette tension. Pendant le comportement, il perd tout contrôle.

S’il ne peut pas acheter, la tension intense vire à l’obsession.

Comment traiter l’achat compulsif ?

Le traitement de l’achat compulsif associe la psychothérapie, une aide sociale et familiale, des groupes thérapeutiques et la prescription de médicaments anti-dépresseurs. Ces derniers peuvent être utiles pour atténuer l’envie d’adopter un comportement compulsif.

La thérapie comportementale et cognitive (TCC), qui fait ses preuves dans le traitement des problèmes d’addiction, est le principal traitement adopté contre les achats compulsifs. Elle est précédée d’un entretien ou d’un questionnaire permettant de déceler un syndrome dépressif associé.

D’une manière générale, ce sont les personnes qui expriment une perte de contrôle ou une souffrance par rapport à leur comportement d’achat compulsif qui viennent consulter. C’est-à-dire celles qui ont déjà accumulé les dettes, qui ont été licenciées ou qui sont devenues dépressives.

Mais certains acheteurs compulsifs viennent aussi consulter un thérapeute sous les conseils de proches ou famille.

Avant la TCC, des thérapies de soutien peuvent être recourues pour redonner confiance au patient et aborder les problèmes de honte ou de culpabilité.

Un entretien motivationnel peut aussi être utile avant de commencer les thérapies comportementale et cognitive. Cette approche consiste à aider le patient à prendre conscience de son comportement et de ses conséquences. En effet, certains acheteurs compulsifs peuvent encore présenter une ambivalence et n’éprouvent pas l’utilité d’arrêter leur comportement compulsif. Le but de l’entretien motivationnel est donc de leur faire prendre conscience de la situation.

Une fois que le patient accepte de suivre la thérapie et d’arrêter son comportement, la thérapie comportementale et cognitive peut alors commencer.

La thérapie cognitive

Dans cette approche, le thérapeute travaille sur les pensées, autrement dit les croyances, les connaissances et les représentations mentales du patient.

Il lui fait d’abord prendre conscience qu’il existe un lien entre les pensées, les émotions et le comportement. Dans le cas de l’achat compulsif, le thérapeute explique au patient que ce n’est pas le monde extérieur qui est la cause de son comportement, mais ses émotions, ses pensées et les représentations qu’il a du monde extérieur.

Il y a ensuite l’étape de la remise en doute des distorsions cognitives. Comme les cognitions ou pensées sont plus ou moins subjectives, elles peuvent conduire à une perception erronée du monde qui est à l’origine de toutes ces visions négatives et pessimistes des choses qui caractérisent les dépressifs, mais aussi les compulsifs. Le but de cette approche est de faire prendre conscience au patient ces cognitions erronées.

Dans le cas des acheteurs compulsifs, ils souffrent souvent d’une image négative d’eux-mêmes. Ils ont tendance à amoindrir leurs points forts et amplifier leurs faiblesses. Des techniques d’affirmation de soi peuvent donc être utilisées par le thérapeute visant à le rendre imperméable aux avis, conseils ou influences des autres.

La thérapie comportementale

Ce volet de la thérapie vise à repérer les déterminants des achats compulsifs à proprement parler et à mettre en place des stratégies adaptées.

  • Analyse fonctionnelle: le thérapeute procède à l’analyse fonctionnelle du comportement d’achat compulsif du patient. Il s’agit d’identifier les facteurs qui favorisent l’achat tels que le stress au travail, les problèmes conjugaux…
  • Exposition progressive: après avoir effectué cette analyse fonctionnelle, le thérapeute liste toutes les situations à risque anxiogène pour le patient. Il lui apprend ensuite des techniques de relaxation pour mieux gérer le stress occasionné par l’exposition à ces situations.
  • Journal de bord : le thérapeute demande au patient de tenir un journal de bord dans lequel il prend note quotidiennement de son moral, de la présence de compulsions d’achat ou non, de l’intensité de ces dernières, de la somme dépensée tous les jours, des facteurs déclenchants, des pensées ou émotions qui le conduisent à acheter, etc. Le patient doit emmener son carnet de notes à chaque séance.
  • Gestion du budget : le thérapeute peut aussi apprendre au patient à mieux gérer ses comptes. Parmi les techniques qu’il apprend figure le fait de se fixer un budget hebdomadaire. Le patient doit alors noter dans son journal de bord toutes les dépenses qu’il fait quotidiennement avec leur nature et leurs prix respectifs. Cette technique permet à l’acheteur compulsif de mieux apprécier la réalité de ses dépenses.

Le thérapeute peut aussi lui conseiller de payer tous ses achats en espèces pour éviter les tentations de dépenser sans penser.

Les techniques pour remédier à l’achat impulsif

Achat compulsif - acheteur compulsif

Les traitements contre l’achat compulsif commencent par l’adoption de certaines techniques pour limiter le comportement compulsif d’achat :

Prendre soin de soi-même

Contrairement à ce que beaucoup pensent, l’acheteur compulsif ne pense pas forcément à lui-même. Il a beau consacrer beaucoup de son temps au shopping, mais en réalité ses achats ne lui sont pas dédiés. L’acte d’achat lui permet de palier ou soulager ses pensées négatives. Donc, prendre soin de son corps est un bon début dans le traitement de l’achat compulsif.

Faire ses comptes

Emprisonné dans son ivresse de shopping, l’acheteur compulsif oublie souvent ses comptes. Quand l’obsession d’acheter lui prend, il va même jusqu’à faire l’aveugle sur sa situation financière. C’est souvent après l’accomplissement de l’acte que la réalité le rattrape.

Vérifier régulièrement ses comptes permet donc d’avoir un certain contrôle sur son argent et d’éviter les laisser-aller qui peuvent conduire à la perte de l’équilibre financier. Dans votre budget, prévoyez un poste pour le plaisir. Vous pouvez l’utiliser pour acheter des choses qui sont vraiment importantes pour vous.

En parler

Prendre conscience de son problème d’achats compulsifs est déjà une bonne chose. En parler avec quelqu’un de confiance, c’est encore mieux. Non seulement le dialogue apporte du soulagement, mais il matérialise également la volonté de trouver une solution à votre problème.

L’achat compulsif est une maladie contemporaine. Il est la conséquence des sollicitations marketing actuelles, mais aussi et surtout de facteurs psychologiques tels qu’une mauvaise estime de soi ou la dépression. Dans cet article, vous avez pu découvrir les causes, les conséquences, mais également les différents traitements de l’achat compulsif.