Achats compulsifs : comment faire pour y remédier ?

Dépenser de manière excessive, au point que cela devienne une addiction, est une maladie. Quand vous avez une envie irrésistible de faire un achat, et ce malgré les répercussions négatives que cela a sur votre situation financière et votre vie personnelle, il est temps de se demander si vous ne souffrez pas d’achats compulsifs. Découvrez les solutions pour en sortir.

L’achat compulsif, quand acheter rime avec maladie

Egalement appelé « frénésie incontrôlable d’achats », l’achat compulsif est un comportement d’achat pathologique qui est caractérisé par une envie permanente d’accomplir un achat pour combler un vide psychologique tel qu’un complexe d’infériorité, une dépression ou une mauvaise estime de soi.

Un acheteur compulsif accomplit l’acte d’achat, parce qu’il ne peut pas y résister, et non pas parce qu’il le considère comme une tâche fonctionnelle et agréable. On dit aussi qu’il est maniaque de l’achat. Comme un drogué qui perd le contrôle de ses actes, il éprouve une forte excitation, une impatience et un plaisir immense à l’idée de faire du shopping. Il achète alors de manière répétitive, parfois même excessive, des objets qui lui sont utiles ou non. Mais généralement, ce sont des choses qui lui sont peu ou pas nécessaires.

Si l’achat compulsif est classé comme un trouble mental et comportemental – certains psychologues le classent parmi les troubles du contrôle des impulsions, d’autres le relient aux troubles obsessionnels compulsifs ou TOC – c’est parce que ce comportement boulimique entraîne des conséquences financières et sociales désastreuses.

A noter que ce comportement n’est pas un choix pour celui qui en est victime. C’est une véritable obsession qui le pousse à acheter encore et toujours. Quand il réalise l’acte d’achat, le plaisir qu’il en tire est très bref. Il éprouve même après un fort sentiment de culpabilité et de regret.

Différence entre achat compulsif et achat impulsif

Achats compulsifs - dépénsier

Il faut distinguer l’achat compulsif de l’achat impulsif. Le premier relève d’une compulsion, tandis que le second est plutôt lié à des pulsions.

Un acheteur impulsif éprouve une envie subite et spontanée d’acheter un produit qui lui plaît à la vue de celui-ci. Autrement dit, un achat impulsif se produit à un moment donné sur un produit donné. Il est non prévu et décidé de façon impulsive à cause de certains stimuli comme l’esthétique du produit, le prix ou sa présentation. Ce comportement est loin d’être pathologique. Il peut même être considéré comme une bonne chose pour les hommes de marketing.

Ces achats non programmés et impulsifs représentent effectivement une part importante du chiffre d’affaires des enseignes marchandes.

Un acheteur compulsif, quant à lui, éprouve de façon permanente de faire du shopping, peu importe le produit à acheter. Il éprouve tout le temps une envie, un désir d’acheter quelque chose pour remédier à une détresse morale. Il s’agit ainsi d’un comportement d’achat chronique et répétitif faisant suite à des troubles psychologiques. Contrairement à l’achat impulsif, il est pathologique.

En plus de son obsession à l’achat, l’acheteur compulsif peut aussi présenter des troubles associés tels que des troubles de l’humeur, des troubles anxieux, des troubles alimentaires ou des polyadditions.

Profil de l’acheteur compulsif

L’achat compulsif touche une proportion grandissante de la population. 1,1% de la population en est victime. Il touche essentiellement les femmes. 80 à 92% des acheteurs compulsifs sont des femmes. Leur âge est compris entre 30 et 40 ans. Elles ont un bon niveau d’études et professionnel.

En ce qui concerne les objets achetés, les acheteuses compulsives raffolent surtout des vêtements, chaussures, bijoux, produits de maquillage et produits pour la maison. Les hommes, pour leur part, achètent notamment des articles d’antiquité, des disques, des voitures et des objets électroniques.

A noter que l’achat réalisé de manière compulsive est un comportement très présent chez les dépressifs. 32% des personnes souffrant de dépression sont des acheteurs compulsifs.

Quelles sont les causes de l’achat compulsif ?

Une baisse du moral

Certains incidents de la vie ou certaines déceptions entraînent une baisse de moral. Les acheteurs compulsifs cherchent à se remonter le moral par l’acte d’achat. On parle aussi d’achats de compensation.

Parfois, après avoir fourni un effort intense, certaines personnes pensent qu’elles méritent de se faire plaisir en achetant quelque chose. Tout cela pourrait être le début de l’achat compulsif.

Une enfance récompensée

Les enfants qui ont été habitués à être récompensés par de l’argent ou par l’achat d’objet sont plus susceptibles de devenir des acheteurs compulsifs une fois devenus grands.

Un manque affectif

Faire du shopping est source de plaisir et de joie. C’est vrai pour tout le monde, sauf pour les acheteurs compulsifs. Pour ces derniers, c’est un moyen de combler un manque affectif.

Un manque d’affection, d’amour et d’estime de soi peut provoquer un mal être profond ainsi qu’une sensation de détresse et de la dépression. Pour lutter contre ce manque, la solution trouvée par l’acheteur compulsif est d’acheter quelque chose. Dans cet acte d’achat, il n’éprouve une sensation de satisfaction que de façon éphémère. Pendant un temps, il se sent mieux. Mais, cela se transforme vite en culpabilité et en remords.

Une détresse morale

Pour ceux qui n’en sont pas atteints, l’achat compulsif peut sembler un trouble insignifiant. C’est faux. Il résulte d’une grande détresse morale. Pour preuve, la frénésie incontrôlable d’achats est souvent associée à d’autres troubles psychologiques tels que les troubles du comportement alimentaire, l’anxiété, la dépression, etc.

Quelles en sont les conséquences ?

Le comportement d’achat compulsif n’est pas sans conséquence. Les premières répercussions sont d’ordre financier. L’acheteur compulsif met en péril son équilibre financier. A force de dépenser de manière exagérée et irraisonnée, il peut se trouver à découvert, voire interdit bancaire.

Les acheteurs compulsifs peuvent aussi être envahis par les achats. Dans leur maison, les sacs de shopping s’empilent. Comme ils enchaînent achat après achat, certains paquets ne sont même pas ouverts des fois.

Enfin, les conséquences les plus redoutables d’un achat compulsif sont d’ordre psychologique. Les acheteurs compulsifs sont la plupart du temps dépressifs et anxieux, à cause de la culpabilité qu’ils ressentent et de la sensation de perdre complètement le contrôle des choses.

Comment y remédier ?

Afin de sortir du cercle vicieux de l’achat compulsif, voici quelques solutions à adopter :

Posez-vous les bonnes questions

Le meilleur moyen de savoir si vous avez raison d’acheter quelque chose c’est de se poser des questions sur l’objet en question. Est-ce que vous en avez réellement besoin ? Si la réponse est « oui », alors vous pouvez y aller. Vous pouvez l’acheter sans risques. Si votre réponse est du type « j’ai le même vêtement, mais avec le col un peu différent », cela mérite une mûre réflexion.

Une autre question qu’il faut se poser avant d’acheter quelque chose est « est-ce que l’article est vendu à un bon rapport qualité/prix ? » Souvent, l’acheteur compulsif fait abstraction du prix lorsqu’il achète un objet. Le plus important pour lui, ce n’est pas l’objet acheté en lui-même, mais l’acte d’achat.

Il existe beaucoup de questions qu’on peut se poser au moment d’acheter un objet pour minimiser les risques de faire un achat compulsif. Parmi elles « Est-ce que vous voulez vraiment ce vêtement ou cet ustensile ? », « Combien de temps vous devriez l’utiliser ou le porter pour le rentabiliser ? », « Cet achat n’implique-t-il pas d’autres achats en plus ? », « est-ce que vous n’avez pas d’autres factures plus vitales à payer telles que la facture du téléphone ou le loyer ? », etc.

Ce questionnaire devrait systématiquement être appliqué à tous vos achats. Il vous permet non seulement de faire un choix, mais vous évite aussi de vous sentir coupable après.

Porter une réflexion sur l’achat

Dès l’instant où vous hésitez à acheter quelque chose, c’est déjà un signe que vous devriez réfléchir plus sur votre acte. Analysez votre décision d’achat sous toutes les facettes. S’il le faut, prenez toute la nuit pour prendre une décision. Si pendant la nuit et le lendemain, l’excitation à l’idée d’acheter l’objet persiste, vous devriez revenir pour l’acheter. Si elle a complètement disparu, alors ce n’était qu’un petit caprice ou une compulsion dont vous êtes victime.

Faire une liste des achats à faire et s’y tenir

L’une des faiblesses de l’acheteur compulsif est de toujours faire un ou plusieurs achats de plus, tout simplement pour assouvir leur désir d’achat. Pour éviter cela, établissez une liste des objets que vous devez acheter et tenez-vous-y ! N’achetez rien qui ne figure pas sur la liste. Dites-vous que ce qui se trouve sur la liste est déjà plus que suffisant. Si la tentation d’en ajouter d’autres vous guette, rajoutez-les dans vos courses de la semaine prochaine.

Ceci amène au conseil suivant : se fixer un budget pour les courses et s’y tenir.

Tenir un budget

Avant d’aller faire les courses ou du shopping, fixez-vous un budget et tenez-vous-y. Si vous êtes sorti pour acheter un jean, ne revenez pas avec une paire de chaussures et deux chemises en plus. Le mieux est d’établir un budget hebdomadaire que vous devez essayer de ne pas dépasser.

Selon les spécialistes de la thérapie comportementale, il est même préférable de tenir un carnet dans lequel vous noteriez tous vos achats quotidiens. Indiquez à chaque fois quelle est la nature de l’objet, combien vous a-t-il coûté, dans quel état étiez-vous au moment de l’acheter (sentiment de solitude, déprime…) et quelles ont été les conséquences de l’achat (plaisir, culpabilité…).

Faire attention aux soldes

Certes, les soldes sont attractifs et jouissifs, mais c’est toujours une occasion pour les acheteurs compulsifs d’assouvir leur désir. Même si soldes rime avec prix en baisse, on finit souvent par rapporter plus qu’il n’en faut.

Donc, ce ne sont pas les soldes en soi qui sont mauvais, mais la tentation qu’ils représentent quand on est acheteur compulsif.

Prendre le contrôle des yeux

Achats compulsifs - dépénsier compulsif

En passant devant la vitrine d’un magasin, vous avez trouvé ce superbe manteau qui est aussi très cher ? Vous entrez dans le magasin, et vous essayez le manteau. C’est encore mieux que ce que vous avez imaginé. Là, vous hésitez. Est-ce que vous l’achetez ou non ?

Comme évoqué plus haut, prenez toujours le temps de réfléchir à tous vos actes et de vous poser les bonnes questions. Est-ce que vous avez vraiment besoin d’un manteau ? Est-ce que la saison se prête au port d’un manteau ? Est-ce que ce manteau va vraiment avec votre look habituel ou votre silhouette ? Ce sont autant de questions que l’on doit se poser avant d’acheter quelque chose.

Même si cet article vous a plu au premier coup d’œil, rien ne presse. Vous pouvez toujours l’acheter plus tard. Peut-être qu’après une bonne nuit de réflexion, vous y verrez plus clair. Donc, apprenez à contrôler le plaisir des yeux.

Faire ses comptes régulièrement

Qui dit achat, dit dépense. L’une des conséquences désastreuses de l’achat compulsif est la perte de l’équilibre financier. L’acheteur compulsif n’hésite pas à se mettre à découvert pour assouvir son désir.

Faites régulièrement vos comptes. Avant d’aller faire les courses ou du shopping, vérifiez l’état de vos finances. En fonction de ceci, vous aurez une idée du montant que vous pouvez utiliser. Si vraiment vous avez besoin de quelque chose, reportez l’achat à une date où vos finances se porteront mieux.

Acheter tout comptant

Les cartes de crédit sont une véritable tentation pour les acheteurs impulsifs et compulsifs. Au moment d’aller faire les magasins, laissez-les à la maison. Préférez payer au comptant.

Achats compulsifs: pratiquer d’autres activités au lieu du shopping

Si l’envie de faire du shopping vous gagne, faites autre chose à la place (art, sport, cuisine…).

De même, ne magasinez pas quand vous vous sentez frustré ou déprimé sous prétexte que cela vous apaisera. Cela ne pourrait que vous frustrer davantage.

En conclusion, l’achat compulsif est comme l’addiction. Plus vous la laissez vous gagner, plus elle va vous enfoncer. Dans cet article, vous avez découvert plusieurs conseils pour lutter contre les achats compulsifs. N’hésitez pas à les appliquer. Toutefois, si ces conseils ne fonctionnent toujours pas, une aide extérieure ou une psychothérapie est utile.