Acheteuse compulsive : pourquoi achetez-vous tout et n’importe quoi ?

Si faire du shopping apparaît parfois comme un bon remède à une baisse de moral, cela peut aussi virer à l’addiction. L’achat compulsif est un mal qui ronge actuellement de nombreuses femmes. Accro du shopping, shopaholique, acheteuse compulsive… voilà autant de noms qu’on attribue à celle qui souffre de ce trouble. Zoom sur les causes de ce dernier.

Être une acheteuse compulsive, c’est quoi

L’achat compulsif est une pathologie qui ne cesse d’augmenter dans notre société. Il touche surtout les femmes, autour de la trentaine et ayant un bon niveau d’études ou professionnel. 80% à 92% des acheteurs compulsifs sont des femmes. D’après une étude réalisée en 2007, une femme sur trois ayant fait du shopping dans un centre commercial à Paris souffrait d’achat compulsif.

Mais d’abord, c’est quoi l’achat compulsif ? Egalement appelé frénésie incontrôlable d’achats, l’achat compulsif est une addiction maladive au shopping. Celle qui en souffre éprouve une envie irrépressible d’aller faire du shopping ou de faire de nouveaux achats pour calmer une émotion négative dont elle est victime telle qu’une profonde tristesse, une frustration ou une déception.

L’acheteuse compulsive éprouve une excitation intense à l’idée de faire du shopping. Elle ressent un besoin urgent d’y aller et ne contrôle plus rien jusqu’à ce que cette envie soit assouvie. Si elle ne peut pas faire du shopping, elle ressent encore plus de tension. Au moment de l’achat, elle éprouve de la satisfaction ou une joie éphémère qui laisse rapidement place à de la culpabilité, à un sentiment de honte et à une perte de contrôle. L’excitation revient à nouveau, poussant à l’acte d’achat. Et le cercle vicieux continue.

Bien que l’acheteuse compulsive n’achète pas pour consommer à proprement parler, elle peut avoir une certaine préférence pour des produits particuliers tels que les vêtements, les chaussures, les bijoux, le maquillage ou les produits de la maison.

Addiction maladive ou simple coquetterie ?

Acheteuse compulsive - acheteur

Les femmes sont de nature coquette. Elles aiment plaire et se plaire. Elles adorent se pomponner, du moins presque toutes. Elles aiment prendre soin de leur corps et font attention à leur look. Pour y arriver, elles sont amenées à faire du shopping.

Mais contrairement à l’acheteuse compulsive qui met en péril son équilibre financier avec ses achats inconsidérés, la coquette « normale » pèse le pour et le contre avant un achat. Elle se pose la question : « cet achat convient-il à mon budget ? ». Si la réponse est non, elle a la capacité d’y résister.

Ce qui n’est pas le cas de l’acheteuse compulsive. Cette dernière se voile la face sur ce qu’il reste sur son compte en banque. Elle dépense sans réfléchir. Ce qui lui importe c’est d’acheter encore et toujours. D’ailleurs, elle n’utilise pas ses achats. Elle les empile. Parfois, elle n’y jette même pas un coup d’œil. C’est ce qui la différencie de la coquette qui, elle, va vraiment avoir besoin et utiliser les vêtements ou chaussures qu’elle vient d’acheter pour améliorer son look.

Pourquoi devient-on une acheteuse compulsive ?

On ne devient pas une acheteuse compulsive, tout simplement parce qu’on adore faire du shopping de temps en temps avec ses amies. Plusieurs facteurs peuvent être en cause et expliquer ce phénomène :

Un manque affectif

Une enfance malheureuse, un manque d’amour de la part des parents  ou une mauvaise acceptation par l’entourage peut être à l’origine de l’achat compulsif. L’acheteur compulsif cherche alors les moyens de combler ce mal être intense, ce manque affectif, par un acte qui procure du plaisir et de la joie et qui, selon lui, lui fera sentir différent.

L’achat pathologique survient donc en réponse à une sensibilité intérieure, voire à une émotion négative ou à un trouble plus fort comme la dépression ou une mauvaise estime de soi…qui est induit par ce manque affectif.

Les acheteuses compulsives essaient de cacher leur vide émotionnel en trouvant refuge dans les achats inconsidérés. Le shopping est alors une échappatoire, un refuge émotionnel pour elles. Mais au final, ce qu’il leur apporte, c’est bien plus de mal que de bien. Pour les victimes de ce trouble, acheter est un moyen de lutter contre leur mal être et se sentir mieux pendant un moment, mais la tension reprend très vite et devient même de plus en plus obsédante.

Les facteurs environnementaux

Devenir une accro du shopping peut aussi relever de facteurs externes comme les sollicitations permanentes à l’achat. Nous vivons dans une société de consommation, de surconsommation. Toutes les stratégies mises en œuvre par les sociétés commerçantes visent un seul objectif : toucher l’impulsivité des consommateurs pour les amener à l’acte d’achat.

Les problèmes psychologiques dont souffre l’acheteuse compulsive entraînent une baisse de sa capacité à résister à toutes ces formes de sollicitation. Elle se laissera donc facilement influencer.

Le changement du mode de consommation peut aussi être à l’origine de l’achat compulsif. On attribue de plus en plus une valeur émotive et symbolique à tous les objets qu’on achète. Dans notre société moderne, on achète de moins en moins un objet pour son utilité, mais plus pour son identité. Ceci peut pousser tout le monde à l’achat de manière indirecte.

La dématérialisation du moyen de paiement vient également expliquer le comportement compulsif qui est de plus en plus fréquent. L’apparition des cartes de crédit ou cartes bancaires rend difficile le suivi de son budget. Les gens ont donc de plus en plus du mal à maîtriser leurs dépenses, car ils ne voient pas de leurs propres yeux l’argent dépensé.

Actuellement, la plupart des fabricants adoptent une logique de consommation qui consiste à rendre périmé le plus rapidement possible un objet. La sortie d’une nouvelle version plus récente d’un appareil fait penser à celui qui vient d’acheter le modèle prédécesseur qu’il détient un objet obsolète. Ceci est surtout vrai pour les articles technologiques. Tout le monde cherchera alors les moyens d’avoir la version la plus récente d’un appareil pour ne pas se sentir dépassé par son temps.

Les autres troubles

Faire de l’achat impulsif et de l’achat compulsif, ce n’est pas la même chose. Le premier est un acte d’achat poussé par l’impulsion. Autrement dit, l’acheteuse impulsive ressent une envie subite et spontanée de faire de l’achat. Bien que son acte soit irraisonné, il diffère de celui de l’acheteuse compulsive qui est tout le temps animée par une envie permanente et pressante de faire de l’achat. Elle peut ressentir l’envie d’aller faire du shopping le matin, puis le soir.

Pour ceux qui regardent et analysent le comportement de l’acheteuse compulsive de l’extérieur, ils ont souvent tendance à dire que c’est un trouble léger ou une addiction sans gravité. Mais ils se trompent. L’achat compulsif fait partie des troubles du comportement les plus redoutés aujourd’hui. En effet, il peut être associé à d’autres troubles tels que les troubles de l’humeur, dont la dépression, les troubles du comportement alimentaire et les troubles anxieux.

L’achat compulsif est un trouble dont souffrent 32% des personnes dépressives. La raison est que ces dernières sont souvent confrontées à un problème d’infériorité. Elles pensent que leur existence est médiocre. Elles cherchent alors à se compenser via l’acte d’achat.

Les troubles de la personnalité peuvent aussi aller de pair avec l’achat compulsif. On cite entre autres le borderline et le trouble de la personnalité narcissique.

Quels sont les signes qui prouvent que vous êtes une acheteuse compulsive ?

La majorité des acheteuses compulsives refusent d’admettre qu’elles souffrent de ce trouble. Voici donc quelques signes qui doivent vous alarmer à propos de l’achat compulsif :

Dépenser sans vérifier ce qu’il y a sur son compte

Vous êtes tout à fait consciente que vous ne pouvez pas utiliser une telle somme pour un achat, mais vous y allez quand même. Parfois, vous ne disposez même pas du fonds nécessaire, mais une petite voix murmure à vos oreilles que vous pouvez toujours essayer. Parfois, ça passe, mais cela signifie que vous serez à découvert. Parfois, ça ne passe pas. Des sentiments de frustration et de déception vont alors s’ensuivre.

Acheter quelque chose qu’on ne va pas mettre

C’est là l’une des caractéristiques clé de l’achat compulsif. Quand vous avez envie d’acheter ce pull à grosse maille, dont vous êtes sûre que vous n’allez jamais mettre tout simplement parce qu’il est trop chaud ou qu’il vous boudinera, il est temps de se remettre en question. L’acheteuse compulsive peut acheter tout et n’importe quoi, mais jamais pour elle.

Devenir généreux avec les proches et entourage

Avoir envie de faire plaisir à ses proches est un sentiment normal. Toutefois, quand ça tourne à l’excès, quand votre compte vire au rouge en voulant faire plaisir à votre entourage, cela peut vouloir dire que vous êtes devenue une acheteuse compulsive.

Avoir toujours une raison de dépenser

Pour une acheteuse compulsive, toutes les occasions sont bonnes pour acheter. Elle n’en rate aucune. Si jamais des obstacles entravent sur son chemin, elle va tout faire pour les élucider.

Acheter au coup de cœur

Quand on demande à une acheteuse compulsive pourquoi a-t-elle acheté un objet et pas un autre ? Elle répond souvent qu’elle sentait qu’elle devait l’acheter. Donc, l’achat compulsif n’est pas une décision par dépit, mais toujours consécutive à un coup de cœur.

Les achats s’empilent

De retour d’une séance de shopping, l’acheteuse compulsive ne fait plus attention à ses emplettes. La plupart du temps, elle aménage une pièce dédiée entièrement à ses séances shopping. Tous ses achats y sont empilés. Parfois, certains sacs peuvent ne pas être défaits. Elle en ignore le contenu. Voilà pourquoi elle peut se retrouver avec des articles tout à fait identiques.

Se dire qu’on n’a rien à se mettre

C’est l’une des phrases fétiches de l’acheteuse compulsive. Vous avez beau disposer un nombre plus important de vêtements que vos copines, mais vous vous dites toujours « Je n’ai rien à me mettre ».

Achats compulsifs : quels sont les risques ?

Acheteuse compulsive - acheteur compulsif

Les risques de l’addiction au shopping sont réels et graves. Si vous êtes en couple, la fièvre acheteuse est susceptible de provoquer des tensions entre vous, surtout sur le plan financier. En effet, quand votre foyer a de plus en plus du mal à joindre les deux bouts, mais que vous trouvez toujours l’occasion d’aller faire du shopping, votre conjoint(e) risque de ne pas l’apprécier.

Quand vous êtes obligé de renoncer à un projet de voyage parce que vous n’avez pas pu vous retenir devant une magnifique robe qui vous a couté une fortune, cela risque aussi de gâcher votre vie de couple.

Un autre risque majeur de l’achat compulsif est d’ordre sentimental. A force de devoir mentir tout le temps à votre conjoint pour cacher votre addiction, celui-ci finit par mettre en doute vos sentiments. Cela signe la fin de la complicité dans votre couple.

Bien sûr, le principal risque encouru par une acheteuse compulsive est d’être à sec. La fièvre acheteuse est une addiction comme une autre. Celle qui en souffre se trouve dans l’incapacité à stopper ses envies pressantes de faire des achats. Elle peut de ce fait dépenser une fortune pour un achat. Parfois, elle ne possède pas cette somme sur son compte. Elle s’endette alors à force d’accumuler des prêts non remboursés. Les conséquences de ceci peuvent être désastreuses : loyers impayés, saisie de biens, mise sous tutelle…

Se protéger de l’achat compulsif

Acheter est comme une drogue. Plus vous en prenez, plus vous en voulez. A peine un achat a été terminé que vous voulez déjà en faire un autre, et ainsi de suite. Plusieurs techniques existent pour se protéger de l’achat compulsif. La technique numéro un consiste à faire du shopping en compagnie de vos amies. En voyant leurs achats, vous vous protégeriez de faire des excès.

Divisez aussi par deux le nombre d’objets que vous achetez à chaque fois que la tentation d’achat vous guette.

Changez l’image que vous avez de vous. Au lieu de ne voir en vous qu’un symbole d’élégance et de sensualité, apprenez à vous aimer telle que vous êtes.

Vous pouvez aussi suivre une thérapie comportementale qui vous aide à mieux contrôler vos impulsions d’achat.

Les achats compulsifs sont des troubles qui touchent principalement les femmes. Coquette ou pas, vous pouvez aussi en être victime.