Sélectionner une page

Faire ses courses est souvent, et pour de nombreuses familles, une expédition éprouvante et nombreux sont ceux qui préféreraient se passer de cette tâche hebdomadaire. Pourtant, à moins de commander sur Internet, c’est une corvée obligatoire ! Dès lors, pourquoi ne pas se simplifier la vie, perdre moins temps et accessoirement moins d’argent avec une meilleure organisation. Comment ? En faisant une liste de menus avant d’aller faire ses courses et ainsi limiter les frais inutiles.

Réaliser une liste de courses

Si vous partez sans liste au magasin, vous pouvez tout aussi bien jeter votre argent par la fenêtre.

Faire un inventaire

Il vous faut faire un inventaire de ce que vous avez déjà dans votre frigo et en réserve dans le congélateur et le placard à provisions. Il faut également faire attention aux dates de péremption et faire en sorte d’utiliser rapidement les produits qui doivent être consommés rapidement.

Faire une liste de tout ce qui est stocké dans votre garde-manger et l’afficher sur la porte du frigo peut être judicieux. Et, faire un bâton à côté de chaque chose pour indiquer la quantité que vous avez est utile. Vous pouvez ensuite barrer le bâton dès que vous avez utilisé un aliment et ainsi tenir à jour un décompte détaillé de toutes les denrées du foyer. Cela rendra les choses beaucoup plus faciles quand vous devrez vous occuper de cette liste.

Dès que le stock d’un produit aura fortement baissé, vous pourrez le noter sur votre liste de courses / menus afin de ne pas vous retrouver sans rien entre deux réapprovisionnements.

Faire le menu

Il vous faut penser aux repas que vous allez préparer dans la semaine à venir et y inclure toutes les denrées périssables qui sont encore dans le garde-manger de la maison. Ensuite, il vous faut réaliser la liste de tout ce qui vous manque pour compléter ces repas. Il est facile de concocter un menu dès qu’on a répété cette action pendant quelques semaines. Il suffit de le dupliquer de semaine en semaine et de planifier un soir pour les restes.

Les denrées non-périssables

Une fois la première partie de la liste faite, il vous faut y incorporer tous les produits d’entretien qui viendraient à manquer : papier toilette, nettoyant, lingettes, sopalin, etc.

Diviser sa liste judicieusement

Toutes les grandes surfaces sont divisées en départements identiques. Ainsi, vous retrouverez partout « Les fruits et légumes frais », « les pâtes, le riz et les conserves », « les huiles vinaigres et condiments », « les surgelés », « les fromages et yaourts », « la viande et le poisson », « les boissons » et « les produits d’hygiène et d’entretien ». Huit départements, donc huit sections à votre liste de menus. Plus de perte de temps à cocher sa liste de courses et à devoir revenir en arrière parce qu’on a raté un aliment dans un rayon. En mettant tous les légumes ensemble, vous rationnalisez votre temps passer dans le rayon « fruits et légumes » mais vous vérifier également que vous achetez correctement.

En effet, si vous devez acheter une grande quantité d’une denrée, pourquoi ne pas vous tourner vers un paquet grand format ou un vers les promotions du magasin (ils en font tous et de toute sorte). Pour cela, il y a toujours des journaux publicitaires à l’entrée du magasin (même s’ils ont souvent des promotions qui n’apparaissent pas dans les publicités).

Comment diminuer votre budget alimentation ?

Une fois la liste de courses réalisées, voici comment diminuer le montant de la facture. En effet, élaborer un menu hebdomadaire vous forcera à réfléchir aux repas qui seront élaborés, donc aux quantités nécessaires dont vous aurez besoin. Surtout, vous éviterez les coups de cœur, les envies soudaines ou les solutions de facilité (comme un plat préparé souvent bien plus cher ou une pizza livrée à domicile) souvent lourdes de conséquences pour le portemonnaie…

De plus en prenant le temps de la réflexion, vous pourrez trouver des recettes peu chères, faciles et rapides à préparer. Elles seront surement délicieuses et il vous sera ainsi facile de faire des économies sans vous priver. Et ce, tout en gardant à l’esprit ce que vous ou les enfants aimez et donc moins de gaspillage.

Les tickets de caisse

Règle importante pour diminuer le prix des courses : conserver le ticket de caisse, l’étudier et se fixer  des objectifs. En fin de mois, en faisant les comptes, on se rend compte que le budget alloué aux courses est toujours plus ou moins identique. A cette fin, Étudier ses tickets de caisse est source d’enseignements.

Comme exprimé plus tôt (et d’où l’utilité de le faire), il faut distinguer les divers postes de dépenses (viande, fruits, produits secs…) et comprendre quels sont ceux qui coûtent le plus cher et ceux qui peuvent – ou doivent – être diminués. Mais avant tout, il vous faut séparer vos courses alimentaires des autres dépenses (hygiène, accessoire, bricolage, vêtements) qui alourdissent parfois très fortement la note du caddy…

Une fois les éléments essentiels appris, il vous faudra fixer vos propres objectifs et les dépenses que vous voulez réduire en priorité. Vous maîtriserez ainsi mieux vos dépenses et pourrez modifier vos habitudes de consommation pour ne plus dépenser que ce que vous souhaitez.

Toujours en relation avec l’étude du ticket de caisse, si vous voulez rester dans les limites de votre budget, il est préférable de savoir où vous en êtes pour ne pas dépasser la limite. Il ne faut ainsi pas hésiter à garder le compte de ce qu’on achète au fil des rayons. Un objet coûte 1,79 € ? Je l’arrondis à 2 €. Aucun besoin d’une calculette ou de compétences incroyables en mathématiques pour mettre ceci en pratique.

Les petits à-côtés

Faire une liste, garder le compte, faire attention au budget ne doit pas non plus nous écarter de l’essentiel (pour certains): manger est aussi un plaisir, même si ce n’est pas toujours utile ou sain… Il faut juste arriver à les gérer par semaine ou par mois. On peut ainsi décider que les enfants n’auront qu’une bouteille de soft par semaine ou qu’un pot de pâte à tartiner par mois… Cela augmentera également le plaisir qu’ils en tireront lorsqu’ils le savoureront.

Le plus risqué en partant faire les courses est de ne pas partir aux courses le ventre plein. En effet, Lorsqu’on fait ses courses avec le ventre vide, notre esprit se laisse beaucoup plus vite tenter et on a envie de remplir son caddy avec le premier produit qui nous passe sous la main. C’est le cas pour tout le monde et le secteur de la grande distribution le sait. On achète dès lors beaucoup plus, et surtout des produits plus élaborés, comme des gâteaux et on finit par ne plus respecter la liste établie initialement.

Dans le même registre, partir faire les courses avec ses enfants rendra la tâche plus compliquée. Ils ont cette capacité inouïe, pour nous adultes, de nous attirer vers certains rayons que l’on ne verrait pas et dans lesquels ils réclameront quelque chose, qui n’était pas prévu au départ. Pour tout parent, il est difficile de résister indéfiniment et on ressort du magasin avec un petit plaisir qui réduit un peu plus le budget fixé aux courses.

Les achats groupés

Les achats groupés sont très à la mode et il existe d’ailleurs des sites internet dédiés à cette formule. Bien avant Internet, la formule existait déjà, mais a quelque peu été oubliée depuis. Néanmoins, pourquoi ne pas proposer à ses voisins, à la famille ou aux amis d’acheter certaines denrées en grande quantité et de partager l’addition finale ? Les familles nombreuses – il y en a de plus en plus avec les familles recomposées – connaissent bien le riz acheté en sac de 10 Kg, les cageots de pommes ou encore la viande congelée par cartons de dix ou vingt pièces. Il est d’ailleurs probable qu’une fois la formule proposée ; de nombreuses familles seront les intéressés.

Comment faire ses courses ?

Nous avons déjà parlé de la liste de menus ; qui vous vaudra de ne pas jeter votre argent par la fenêtre. Mais une fois dans le magasin, il est encore possible de faire l’économie de quelques euros en respectant certaines règles.

Respectez la liste de courses

Le conseil ressemble à une évidence et pourtant… Les paragraphes précédents ont démontré que le dérapage était facile : vous avez emmené les enfants et ils ont envie de bonbons, vous êtes à jeûn et vous craquez sur ces céréales petit-dej’ (Attention: les céréales sucrées sont un mauvais achat. Beaucoup d’argent pour peu de nutrition. Recherchez des céréales complètes avec des fruits et peu de sucre), etc. Les articles qui alourdissent le plus le panier sont les articles divers, non-alimentaires et qui se révèlent peu utiles au final.

Comparez, Comparez, comparez

Ce n’est pas pour rien qu’il existe des associations de comparaisons et de tests sur les articles en vente. Pour bien consommer, il faut être averti. Et rien ne remplacera jamais le fait de comparer les prix. A force de parcourir les mêmes rayons, de consommer les mêmes produits dans les mêmes magasins, on perd de vue qu’il faut vérifier les étiquettes pour savoir combien on paie (avant de voir le montant sur le ticket de caisse).

Regardez les différentes marques pour un même produit, y compris les marques du distributeur. Parfois, il y aura des différences significatives. Néanmoins, n’oubliez pas de comparer ce qui est comparable – les pommes avec les pommes par exemple– et de calculer les prix au kilo ou au litre afin d’obtenir un prix comparable (attention, une fois le calcul fait, il est tout à fait possible que le prix du produit sans marque soit plus cher qu’un produit de marque).

Les formats familiaux

Les formats familiaux, c’est comme acheter au gros, et il faut pouvoir en profiter – surtout pour l’alimentation. Les formats familiaux affichent des prix au kilo très avantageux, mais attention aux dates de péremption. Inutile d’acheter dix kilos s’il vous faudra en jeter cinq.

C’est très intéressant pour toutes les denrées qui se conservent et en particulier les produits secs, les produits d’entretien et ce que vous pouvez congeler. A nouveau, il vous faut comparer non pas le prix unitaire, mais le prix au kilo ou au litre. C’est là que se fait la vraie différence. Les marchés sont également une bonne alternative sur laquelle on peut trouver des fruits et légumes de saison en grande quantité, de bonne qualité, pour un prix raisonnable et sans suremballage (pour faire un geste envers la nature).

Les produits sans marque

De manière générale, et hors promotion, les produits de marque sont souvent beaucoup plus chers que ceux sans marque. A contrario, certains produits préparés ou transformés laissent fortement à désirer au niveau de la qualité gustative et nutritionnelle lorsqu’il s’agit de produits sans marque. Mais pour les produits de base comme la farine, les œufs ou le sucre, il n’y a aucune différence.

De plus, l’énorme majorité des produits de distributeurs ne sont pas produits directement par les entreprises de la grande distribution. Elles créent des partenariats avec des unités de production desquelles sortent également les produits de marque. Dès ce moment, la seule différence de prix provient du fait de la marque.

En conclusion, faire une liste de menus est primordial si vous voulez diminuer les dépenses inutiles. Créer une bonne liste passe par quelques petites astuces. Ainsi, faire un inventaire de vos placards vous permettra de ne pas acheter en double et de noter les produits dont la date de péremption se rapproche. Une fois les menus faits, il vous faudra diviser les produits par départements de vente dans votre magasin, pour minimiser le temps passé en rayons et donc la probabilité de faire des achats impulsifs. Les trucs et astuces ne sont pas négligeables non plus : partir le ventre plein, sans ses enfants, acheter groupé, relire le ticket de caisse. Mais avant tout, il vous faut comparer pour diminuer la note finale.